FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Cela pourrait sembler une sale blague mais cela ne l’est pas. C’était prévu depuis longtemps. L’année dernière durant le développement de Pikadon, j’en ai parlé à certains amis. C’est quand j’ai regardé le documentaire de Michael Epstein sur Yoko Ono Et John Lennon que cela m’a percuté avec tout le poids d’une révélation. Depuis le temps de l’action the War is Over !, non seulement les guerres ne se sont pas arrêtées, mais en plus il n’y a jamais eu autant de guerres dans le monde. Alors j’ai voulu faire un projet un peu spécial.

Depuis quelques années, les mystiques répètent comme un mantra que l’Age de Choisir est venu. De même les charlatans et les aveuglés crient à l’urgence... Je précise afin d’éviter toute confusion toutes celles et ceux qui crient à l’urgence ne sont pas des charlatans ! Effectivement l’urgence climatique et ses conséquences on se la prend chaque jour dans les dents. Pourtant il est urgent... de prendre le temps. A la façon de l’an 01. On arrête tout et… on commence. Commencer à vivre. Pas recommencer car je ne crois pas que l’on puisse appeler vivre l’état d’aliénation qui était notre lot quotidien jusqu’à ce mois de mars 2020. Bien sûr comme tous propos cela peut se nuancer, on peut objecter des exceptions, Etc. En tous cas pour s’arrêter, même si cela reste imparfait ; d’ailleurs les inégalités sont choquantes ; je crois que l’on ne s’est jamais autant approché de ce moment salvateur, où l’on peut lever la tête du guidon et se rendre compte comme c’est bon, quand la nature reprend sa place.

Cet après-midi, ma belle-fille m’a fait remarquer que la lumière était éblouissante dehors. J’ai réalisé que depuis des années je doutais de vivre dans mon monde originel, car dans celui que je connaissais étant enfant, on ne pouvait fixer le soleil sans devoir détourner le regard, alors que c’était simplement que notre société balançait tellement de merde dans l’atmosphère, que cela atténuait son éclat. Ce n’est pas tout. On peut même se rendre compte à quel point nous étions déjà isolés avant le confinement par des murs, dont le plus terrible est peut-être l’absence théorique de temps, vu que la règle du jeu truqué prétend que nous devrions vendre notre temps de vie pour survivre. Il n’en faudrait guère plus pour qu’une larve ne se change en papillon.

Seulement que fera-t-on si les mains tachées de sang des états se referment sur nous ?

Auront-t-il la moindre pitié ? Alors que quelques mois auparavant en france par exemple, le gouvernement envoyait des CRS violenter les personnels soignants qui manifestaient juste pour des conditions moins catastrophiques afin de sauver des vies. Pour moi, il n’y a pas de dieu, de guide ou de gouvernement pour nous sauver. Pas de bouc émissaire, pas d’expert, je rêve de nous, émancipéEs. VivantEs. A l’image de cette solidarité qui naît de l’empathie qui nous caractérise et nous distingue des gouvernants. Quand nous choisissons de désobéir à leurs lois, par exemple pour protéger des migrants ou actuellement, quand nous essayons de nous organiser pour agir à leur place. Développant des réseaux d’entraide alternatifs.

Alors tu peux voir ce projet comme un jeu musical, un poisson d’avril quelque peu hors-norme. Ou ressentir à quel point ce qui se joue est sérieux. Réaliser ce que cela signifie qu’une partie de tes proches soient assassinés, que ce soit par incompétence ou plus ou moins intentionnellement, par exemple par souci du profit. Est-ce que tu veux attendre que la médiacratie te désigne un exutoire et te raconte des histoires pour se laver les mains. Ou es-tu prêt à user de ton regain de lucidité pour te poser aussi la même question essentielle que vont se poser celles et ceux qui participeront à ce projet musical :
« Le morceau doit impérativement correspondre à une raison pour l’humanité de continuer ou de s’arrêter.»
« + » ou « - » On continue ou on arrête ? Sous-entendu : est-ce qu’on laisse notre planète être détruite par l’avidité sans fin de quelques uns ou est-ce que l’on met un terme aux nuisances du système politique actuel ? Question qui en amène sans doute bien d’autres.

A ce sujet en parlant de questionnement, j’imagine qu’à force que je tourne autour du pot, tu dois être partagé entre une légitime exaspération ou un certain découragement, il est donc plus que temps de t’expliquer un peu mieux en quoi consiste le projet « The World is Over ! ».

A l’origine, je comptais ne proposer qu’une version physique, c’est-à-dire une version K7 qui ne concernait que celles et ceux qui ont déjà participé à Necktar 2017 ou Pikadon, pour une raison simple c’est que je fabrique ces cassettes artisanales et que même si je n’en envoie que deux par personne avec des morceaux d’1 minute 23 cela fait déjà beaucoup de cassettes ! Heureusement comme j’ai vraiment une dent contre l’exclusion, inspiré par l’exemple de la compilation de Fraction Studio ANDREAS 24 sur le thème VIRUS, j’ai décidé d’en faire également une version virtuelle sur Bandcamp où les morceaux seront accueillis au fur et à mesure de leur arrivée.

Ce qui fait la singularité de ce projet, c’est son coté Référendum d’Initiative Citoyenne, enfin bon, là, il n’y a pas d’état malintentionné pour balancer sa propagande ou limiter la consultation volontairement et ainsi biaiser le résultat, comme cela a pu se faire avec la Z.A.D de Notre-Dame-Des-Landes. Les participants enverront leurs arguments audio sur la face B s’ils sont en faveur du maintient de l’humanité ou la face A s’ils choisissent son extinction. Nous verrons bien de quel coté penche la balance… Peut-être même que nous aurons la surprise de découvrir que ce n’est pas l’humanité, mais son mode de vie qui est le véritable objet du jugement. Évidemment, seul je n’aurai pas les moyens de rendre ce jugement effectif. Au départ ce qui me semblait le plus intéressant était de remettre en cause la certitude du continuum. J’étais loin de soupçonner le malencontreux concours de circonstances qui allait se produire, même si trop souvent à mon goût je dois faire face à des coïncidences troublantes.

Ainsi, vu la situation dans laquelle nous évoluons depuis plusieurs semaines, j’ai un peu hésité à lancer ce projet craignant que cela passe pour une blague douteuse. Mais le gouvernement chinois qui divise au moins par dix le nombre de leurs victimes, c’est drôle ?
Et le gouvernement français incapable de taxer les revenus supérieur à 250 000 euros pour financer le secteur médical public, alors que ce serait une lueur d’espoir pour les personnels soignants, c’est drôle ? Et le gouvernement mondial qui se sert du COvid-19 pour expérimenter à grande échelle sa dystopie… Ah non, pardon ! Il n’y a pas de gouvernement mondial juste le règne de l’incompétence à tous les étages de la pyramide du profit si j’en crois le principe de Peter et éventuellement une constellation de micro conspirations à tous les étages.

Bref, j’espère ne pas paraître radical, là où il n’y a que franchise bien intentionnée, je peux comprendre que cela paraisse étrange pour qui ne comprend pas que quelques soient ses qualités la musique payante n’aura jamais la qualité incomparable de démontrer par la pratique un modèle de fonctionnement alternatif. Mais honnêtement il faudrait être plus barré que moi pour prendre cela pour de l’humour.

La seule certitude que j’ai est qu’il nous faut réapprendre à rêver si l’on veut un jour vraiment sortir du confinement.

Cet article a été écrit par Robot Meyrat. Dole le 1er Avril 2020.
Article et illustration diffusés sous licence libre 
https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/deed.fr
Reproduction encouragée avec source et sans modification.

(Cet article n'est donc pas régi par les règles habituelles de diffusion consultable ici.)


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

Robot Meyrat

Éternel débutant, Chercheur de singularités, Créateur de chimères, Expérimentateur d’inédits. Inscrit dès la naissance à l’école de la Vie. Il m’arrive d’être drôle à mon insu. Je suis mon chemin. Résister au courant principal jusqu’à la Mort et au-delà.


Oracle Non-Apophantique

Retrouvez tous les articles de Robot Meyrat