FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

L’Histoire n’est pas un catalogue de têtes couronnées, de perruques poudrées et de képis étoilés, édité par Gala et raconté par Stéphane Bern. Non, l’Histoire est une affaire de masses en mouvements, de lames de fond et de transformations structurelles. Cette manière de présenter les faits est nettement moins glamour, pas romantique pour un sous et pas non plus toujours très spectaculaire mais bien plus heuristique (qui sert à la découverte) et politiquement bénéfique (qui sert à la transformation des systèmes).

L’Américain Howard Zin ou le Français Gérard Noiriel, après Marc Bloch et Lucien Febvre qui ont fondé l’École des Annales, ont choisi de décrire et d’analyser en profondeur les mutations des États-Unis pour le premier et de la France pour le second. C’est un boulot de fond et qui, même si quelques noms se dégagent, se fait en équipes de chercheurs. Ça donne de gros bouquins foisonnants d’infos sociales, loin des monographies psychologisantes, pleines d’anecdotes croustillantes et pittoresques.

L’Histoire s’écrit donc toujours à plusieurs, et même à beaucoup si on y met du sens figuré. Mais sa version anallactique (conservatrice) contemporaine, c’est à dire l’idéologie bourgeoise vendue au grand public, tend à mettre de grands hommes en exergue, histoire d’écrire un roman national bien personnifié : Charlemagne, Louis Bourbon-Quatorze, Napoléon Bonaparte, Clemenceau, De Gaulle, Mitterrand, Chirac, et bientôt Macron si l’on en croit les médias dominants, Paris-Match et Franck Ferrand. Or ceux qui me lisent un peu régulièrement savent qu’il existe également une version synallactique (progressiste, évolutive) du savoir, ce qu’on appelle communément la connaissance, la remise en cause cognitive qui permet de construire un nouveau savoir plus conforme à l’expérience constamment reconduite, la révolution culturelle permanente, en un mot l’épistémologie… ou la philosophie du savoir. Appliquer à l’Histoire, ça permet de démaquiller le récit national et de lui redonner les traits d’une autre vérité.

Alors que le conservatisme consolide le pouvoir et l’état des choses, la recherche en Histoire tente d’en connaitre les véritables ressorts qui sont toujours beaucoup plus complexes, massifs et structurels que la crème des élites que veulent bien en garder ceux qui travaillent pour le décorum et le soft power de l’ordre en place. Une série sur De Gaulle, à l’occasion du cinquantenaire de sa mort, tombe pile poil pour nous dire à nous, crétins d’électeurs, qu’on aurait bien besoin d’un homme à poigne, taillé pour la Vème, avec une vision d’avenir pour remettre la France sur les rails, non?

D’un point de vue individuel, cette conception structuralo-marxiste peut paraitre déprimant car il renvoie chacun d’entre nous à un statut de microbe au coeur d’un système de forces agissantes qui nous conditionnent à notre insu. Si notre action peut nous sembler importante sur le moment, c’est peanuts à l’échelon planétaire, ou même national. J’ai ainsi le regret de vous annoncer que votre naissance est passée inaperçue sur l’agenda mondial et que votre décès n’aura très vraisemblablement qu’un tout petit écho dans le quartier. J’ai bien une liste de cibles humaines et architecturales à vous transmettre si vous voulez passer à la postérité sur Wikipédia mais pour infléchir le cours de l’Histoire, il va falloir faire le deuil de vos espérances de gloire.

Et puisqu’il s’agit aussi de semer un peu la merde à moins qu’on veuille la garder dans les yeux, il vaudrait mieux faire dès maintenant l’impasse sur l’apparition du grand rassembleur pour les élections de 2022. La colle à gauche ne prendra pas en deux coups de cuiller à pot à moins qu’un champion de la VIème République, de la constituante, du RIC et de la reconnaissance du vote blanc ne sorte des rangs et réussisse à soulever une vague comme Mélenchon avait réussi à le faire avec l’Avenir en Commun et la promesse du retour des Jours Heureux. Mais pour l’heure, personne ne semble avoir la carrure pour enfiler l’armure et aussi être capable de l’enlever sitôt la mission accomplie.

Si cet article est lu jusqu’au bout par plus de 200 personnes, on pourra considérer que c’est un succès et heureusement, ce n’est pas la soif de célébrité qui nous pousse à faire l’effort d’écrire dans Libres Commères. Certes on se marre bien et ça défoule mais l’horizon qui nous fait agir est beaucoup plus lointain et du coup presqu’intangible. Ce tout petit journal, modeste mais génial comme dirait Daniel Mermet, n’est qu’une microscopique goutte d’eau dans le combat de courants qui s’affrontent. C’est l’image du colibri de Pierre Rabhi qui vous vient peut-être à l’esprit sauf que Libres Commères fait plutôt dans l’étincelle. Comme La Ronce et tous nos confères de la presse alternative, nous comptons bien contribuer à mettre le feu pour y voir plus clair et à faire chier le consumérisme et les profiteurs de mal-être.

Je ne sais pas encore combien de bidons de glyphosate auront été ouverts dans les rayons et si des millions de SUV sont à plat mais le moindre activiste a sans doute le sentiment du devoir accompli et l’espoir d’appartenir à un mouvement qui le dépasse mais qu’il aura choisi dans la mesure de sa liberté. 

Je vous renvoie à deux vidéos sur des sites amis où la question de la Ronce est mieux traitée : le Canard réfractaire et Partager, c’est sympa. Ces sites parlent aussi des actions à taille humaine qui se font en France.

A mon échelle, j’ai traversé d’assez près et par inadvertance quelques évènements historiques importants comme la fin de la guerre Iran-Irak ou celle des troubles en Irlande du Nord vue de Dublin, sans compter quelques mouvements sociaux en France mais c’est avec la campagne insoumise de 2017 et le soulèvement des Gilets Jaunes en 2018-2019-2020 que j’ai eu l’impression de vraiment écrire l’Histoire, ô bien sûr, pas avec un pinceau brosse et de la peinture dorée, non, ma contribution a été un peu plus modeste mais j’y étais, j’en étais, et pas dans le rôle du mouton sur le dos duquel on tond la laine. J’en étais pour le meilleur et le moins-bien. Sans remord ni regret. Ou presque.

Pour moi, être Libres Commères, et je suis sans doute le plus marxien ascendant Gramsci de la bande, c’est participer à un lent mouvement d’émancipation, une lutte contre l’hégémonie de la pensée dominatrice et une expérience de production non-lucrative. On apprend ensemble à ne plus écouter la voix du capital en place, à ne pas lui emboiter le pas quand il nous demande de pédaler plus vite vers le précipice et à chercher une parade au couvre-feu permanent. Heureusement, l’abruti-sorcier à l’Élysée ignore les dangers du feu qui couve.

Profitons-en pour semer la ronce et l’artémisia, encourager le sabotage et les bons gestes, pratiquer le mauvais esprit et les idées alternatives. Rien de bien glorieux ni d’héroïque. Pas de martyre en perspective. On n’aura pas tous le destin du Che. On laissera tout au plus quelques égratignures au système qui se fissure avant de s’effondrer pour laisser la place à un horizon moins sombre qui se profile… malgré les cons.


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

Christophe Martin

Passionné de sciences humaines mais d'origine bretonne, je mets mes études en anthropologie et mon humour situationniste au service de mon action politique et sociale.


Formateur dans l'industrie et pigiste au Progrès

Retrouvez tous les articles de Christophe Martin