FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

L’article de l’Irrévérencieuse « La Gauche avariée » dans le numéro 2 papier de Libres Commères n’est pas passé tout à fait inaperçu. Jean-Claude Beneton a cru bon d’y faire écho sur son mur FB en taxant l’article de « bave de crapaud » avant de se plaindre qu’en plus, ce n’était même pas signé. Faut pas être Google Map Spécial IP pour identifier l’Irrévérencieuse mais si elle veut garder son relatif anonymat, c’est son choix. Un certain nombre de nos contributeurs préfèrent conserver un léger masque de protection et par les temps viraux qui courent, on ne peut pas leur en vouloir. Quant à la bave de crapaud, outre des vertus antivirales dont on aimerait avoir des nouvelles, elle semble bien avoir atteint la blanche colombe, car Dominique Voynet, directrice de l’ARS de Mayotte (où nous saluons nos lecteurs mahorais !) s’est fendue d’un laconique « torchon » sans ponctuation, jugé un peu court par notre Lucien Puget, un être doué de sang chaud et de jeunesse fringante, qui a réclamé un supplément d’information. Et effectivement c’est un peu court ! Signé ou pas, le papier de l’Irrévérencieuse expose un avis pas forcément agréable à entendre mais qui mérite qu’on s’interroge et qu’on y apporte éventuellement des contradictions. C’est le principe du débat politique que Libres Commères aimerait bien voir renaitre sur Dole en dehors des conseils municipaux et des apéros de campagne. J’imagine qu’une directrice d’ARS à Mayotte (où le président Macron s’est illustré par une mauvaise blague de pêcheur) à autre chose à faire que de nous répondre et c’est donc à Jean-Claude Beneton qu’incombe la tâche… de faire… ce qu’il fait d’habitude en fait car pour être franc, Libres Commères a plus envie d’ouvrir ses colonnes aux jeunes militants non encartés qu’aux partis… en laissant les clefs à LaRem. Quand le torchon brûle les mains, c’est qu’on a le cuir sensible.


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

Christophe Martin

Passionné de sciences humaines mais d'origine bretonne, je mets mes études en anthropologie et mon humour situationniste au service de mon action politique et sociale.


Formateur dans l'industrie et pigiste au Progrès

Retrouvez tous les articles de Christophe Martin