FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Cet article a été publié dans la version papier de Libres Commères de septembre 2020.

Alors que je referme à peine Les Bienveillantes, l’interminable roman de Jonathan Littell, David Graeber vient d’achever sa vie… à 59 ans seulement. D’un côté un docu-roman de plus de 1400 pages, denses et lugubres, sur l’épopée on ne peut plus sordide d’un technocrate SS qui va servir le Reich nazi jusqu’à sa chute. De l’autre, un anthropologue américain et anarchiste qui a réglé son compte à la dette et plus récemment aux jobs à la con et à la bureaucratie.

Maximilien Aue, le héros cinglé des Bienveillantes, est occupé durant toute son épopée à faire des enquêtes puis des rapports d’abord sur l’organisation de la shoah par balles dans le Caucase, ensuite sur la malnutrition des soldats à Stalingrad, enfin sur la mauvaise utilisation de la main d’oeuvre potentielle que représentaient les déportés. Bref, durant toute sa carrière au Sicherheitsdienst des Reichsführers SS (prononcez SD), ce SS francophile, cultivé et très perturbé court après une vraie mission de renseignement. Il rédige très consciencieusement des rapports qui sont ensuite lus par sa hiérarchie sans finalement servir à grand chose. Personne ne suit ses recommandations et toutes ses tentatives de rationalisation de la grande usine à gaz nazie restent sans effet. Il ira jusqu’à écrire un bref mémoire totalement fantaisiste sur un projet d’eugénisme inspiré par les Martiens rouges et verts d’Edgar Rice Burroughs pour lequel Himmler en personne va le féliciter. Maximilien Aue occupe un emploi à la con, ce fameux bullshit job dont David Graeber a fait un concept qui a remporté un immense succès médiatique. 

C’est un sous-préfet dont je tairais le nom par égard pour ma famille qui m’a fait connaitre l’article de 2013 que Graeber a ensuite développé dans un essai en 2018. Cela m’avait tellement plu que j’exerçais mes apprentis au résumé dès leur arrivée dans mon cours de culture générale avec un compte-rendu de lecture à ce sujet. Voilà le corrigé que je proposais.

En 2013, David Graeber publie un article intitulé: « Du phénomène des jobs à la con ». L’anthropologue y expose le développement exponentiel des postes tellement inutiles que ceux qui les occupent ne peuvent pas leur trouver de raison d’être tout en cherchant à masquer ce manque. Contrairement au job de merde, utile mais mal payé, le job à la con est agréable et lucratif même s’il entrave l’efficacité générale. A sa sortie, l’article provoque un tsunami médiatique: commentaires, traductions, débats, sondages se succèdent partout: presque la moitié des salariés du monde se sentent peu utiles. Graeber, lui-même, est stupéfait. Dans son livre Bullshit Jobs, une théorie Graeber développe l’idée de départ: les jobs à la con révèlent que le travail pour lui-même a pris le pas sur son utilité. Ces emplois largement fictifs prolifèrent dans le secteur tertiaire, celui des services immatériels. Données, statistiques, rapports, présentations et réunions s’y multiplient et engendrent de nouveaux besoins imaginaires. Cette bulle professionnelle est tellement énorme qu’elle intéresse le sociologue d’autant que le détenteur du job à la con lui-même souffre de sa situation: l’oisiveté forcée au bureau, même bien rémunérée, dévalorise l’ « inemployé » qui culpabilise et devient jaloux sans oser démissionner.

Maximilien Aue est un SS zélé. Son boulot principal n’est pas de tuer mais de renseigner. Aussi voyage-t-il jusque sur le front de l’est et dans les camps d’extermination pour rendre compte. Mais ses rapports sont classés sans suite. L’incurie générale et les rivalités internes empêchent ses remarques de vraiment servir les intérêts du Reich auquel il est sincèrement attaché. Sans être viscéralement antisémite, c’est un national-socialiste convaincu (le mot nazi n’est jamais prononcé dans son récit). Contrairement à son ami Thomas cynique et intrigant, Maximilien Aue ne sert donc pas ses intérêts personnels en premier. Il croit en sa hiérarchie et obéit aux ordres mais va progressivement perdre la confiance en ses missions au fur et à mesure que le Reich s’écroule. Pourtant plus le régime hitlérien se casse la gueule, plus l’officier SS va prendre du galon et des décorations. Il reçoit la croix de fer pour s’être pris une balle de snipper à travers la tête et plus tard sera décoré par Hitler lui-même, alors que les Russes sont déjà à Berlin, simplement parce qu’il était allé sur le front russe sans même y tirer un coup de feu. Tout cela n’a donc aucun sens et le narrateur éprouve un malaise grandissant (je vous passe ses lubies sexuelles et son histoire de famille moins intéressantes à mon avis) devant son inutilité sociale. Aue ne récoltera jamais la reconnaissance à laquelle il aspire. 

Les nombreuses personnes qui ont écrit à David Graeber pour témoigner après la parution de son article se sont retrouvées dans cette situation.

« Les personnes qui font ces jobs font souvent état de symptômes de dépression, d'anxiété… Leur niveau de souffrance a l’air considérable. Un des symptômes qui ressort de nombreux rapports fiables, ce sont les maladies psychosomatiques : des grippes, des taux d’infections plus élevés que la moyenne. Tous ces symptômes disparaissent au moment où on leur donne une vraie tâche à accomplir dans leur travail, ou un vrai travail. Le coût - médical, psychologique - pour la société de ces emplois inutiles est certes incalculable, mais il est gigantesque. Sans parler du coût de l’augmentation de la violence. Parce que les gens rentrent chez eux et commettent des violences domestiques par frustration. » Voilà ce que David Graeber a déclaré en 2018 sur France Culture. Incapable de trouver sa place, Aue va lui-même faire une très forte poussée de fièvre assez inexplicable dont il ne sortira que difficilement et il commettra également quelques meurtres hors du service.

C’est sans doute pour éviter à François Bayrou de talocher ses petits- enfants que Macron l’a nommé haut-commissaire à rien du tout. C’est un essayiste, Bayrou. Il sert à rien mais il essaie de le cacher. Je me demande s’il a écrit à David Graeber pour témoigner en 2013.

A 59 ans, l’intello américain avait encore du temps devant lui pour continuer ses recherches en anthropologie. Mais si on ajoute au bullshit job, un travail de fond sur la dette, voilà une vie d’universitaire bien remplie. Sans oublier une activité militante anticapitaliste (Occupy Wall Street en 2011, et son fameux  slogan « We are the 99% ») plutôt riche. Contrairement à Maximilien Aue qui finit sa vie dans l’industrie de la dentelle et à Bayrou qui a enfanté le MoDem, David Graeber laisse derrière lui du bon boulot. 

Pour aller plus loin :

si vous en avez le loisir, je vous recommande de faire un test sur votre propre lieu de travail si vous en avez encore un. Répertoriez les tâches sans réelle utilité que l’administration privée ou publique vous réclame et essayez d’évaluer leur appétit chronophage. De 35, vous pourriez bien passer à 28 heures hebdomadaires sans perdre en efficacité. Vous n’avez peut-être pas un job à la con mais dans votre emploi, il y a des tâches à la con qui vous pourrissent l’existence.


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

Christophe Martin

Passionné de sciences humaines mais d'origine bretonne, je mets mes études en anthropologie et mon humour situationniste au service de mon action politique et sociale.


Formateur dans l'industrie et pigiste au Progrès

Retrouvez tous les articles de Christophe Martin