FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

C’est grâce à cette injonction que toute la bien-pensance de gôche a réussi à empêcher toute critique de l’islamisme qui ronge nos banlieues...

Comme si j’était trop conne pour ne pas faire la différence entre mes copines Karima, Sevgi et Keltoum ou mon pote Mustapha avec les sanguinaires salopards se réclamant de l’islam et qui tuent !

Je suis effarée, choquée par la décapitation du jeune professeur d’histoire par un islamiste pour cause d’insulte au prophète dans un cours sur la liberté d’expression.

Il a été dénoncé par des parents d’élèves au prétexte de l’humiliation des enfants ! Par la menace, par la peur, il en est déjà fini de la liberté d’expression dans les écoles. Qui voudra risquer de telles représailles pour un cours sur l’esprit critique, les lois et les droits de notre République ?

Voilà des décennies que les politiciens se sont assis sur la laïcité par clientélisme électoral, qu’ils ont fricoté avec les amis des Frères Musulmans, qu’ils ont toléré la haine de la France et des « mécréants ».

Au nom de la lutte contre la racisme, ils ont occulté tout le travail souterrain fait par ces fous de Dieu : les imams prêchant la suprématie des lois de l’islam sur celles de la République, les écoles coraniques, les horaires de piscines, le voile, les burkinis et tous ces signes de la progression de l’obscurantisme sur notre sol. Leur obsession de l’extrême-droite leur a fait accepter la possibilité de droits différents réclamés par une minorité fanatique agissante qui gangrène maintenant beaucoup d’institutions : mairies, syndicats, enseignement et même police (souvenez-vous du radicalisé agressant ses collègues en plein commissariat).

Mais ils se bouchent les yeux ces bien-pensants « antiracistes » très paternalistes avec ces pauvres victimes de notre racisme « systémique ».

Nous ne les avons pas entendus soutenir ces musulmanes qui se battent contre l’islam radical comme Zineb El Rhazoui, Nadia Remadna, Fatiha Agag-Boudjahlat et aussi Mila agressée sur les réseaux sociaux parce qu’elle se permettait de critiquer l’Islam. Elles sont devenues des cibles que la police doit protéger de la folie de ces extrémistes. Nos bien-pensants s’achètent une conscience de « gôche » et une aura de tolérance à bon marché. C’est leur certificat « d’antifascistes », leur ligne de démarcation avec les Le Pen. Il faut dire qu’en général, ils n’habitent pas la banlieue.

En tout cas, les tenants de l’islam radical en ont bien profité pour gangrener toute une fraction des gens des quartiers et d’ailleurs.

La haine de la France ne se cache plus et elle tue.

En plein procès Charlie, ce nouvel assassinat sauvage devrait nous ouvrir les yeux sur l’étendue du problème et nous faire réfléchir aux moyens de le contenir et même de l’éradiquer.

Tout le baratin du monarque sur le « séparatisme » ne doit pas faire illusion. Le président n’a pas à organiser les religions, il n’a rien à faire ni au dîner du CRIF, ni à St Jean de Latran, ni au CCIF. Sa mission est de garantir la laïcité et la pluralité des religions DANS LES RÈGLES de la République et dans la paix. Mais les guerres de religions sont un excellent dérivatif à la guerre sociale et c’est bien pourquoi, sous couvert d’ouverture d’esprit, il se mêle de mettre en place une autorité musulmane complètement phagocytée par les Frères Musulmans et censée représenter nos concitoyens musulmans.

Chaque fois que j’ai soulevé le problème, je me suis faite taxée de fasciste ou rouge-brune.

L’aveuglement est de mise et je ne suis pas certaine qu’après la mort atroce de ce jeune professeur, nous n’allons pas trouver des imbéciles pour expliquer qu’il n’aurait pas dû « provoquer ».

Ces meurtriers sont des fascistes qui n’ont rien à envier au Rassemblement National.

Il serait temps d’en prendre conscience et d’arrêter de baisser les oreilles afin que ce jeune assassiné ne soit le premier d’une longue liste.

 

L’irrévérencieuse


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

L'irrévérencieuse

Rombière réfractaire et iconoclaste, sage comme un orage et qui puise ses forces dans la fraternité.


Militante

Retrouvez tous les articles de L'irrévérencieuse