FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Tout d’abord, il est vrai que nous n’avons pas été très actifs ces derniers temps, le confinement nous a un peu tous éprouvés, et les sujets manquent parfois…

Je vous rappelle tout de même que Libres Commères est un média participatif, et que si vous avez envie d’écrire quelque chose d’intéressant, de donner du chant à votre voix comme dit l’ami Elie, il faut venir nous voir ! (contact@librescommeres.fr).

 

Cela dit, venons-en au vif du sujet :

Notre paysage militant est bouleversé. Nous sortons d’un confinement qui a remis en cause beaucoup de nos pratiques, et nous a coupés de beaucoup d'actions militantes que nous faisions.

Alors comment continuer de faire avancer les choses ? De mon côté, je crois que nous avons un sérieux problème avec notre relation au vraisemblable et à la vérité.

Tout ce qui est vraisemblable n’est pas vrai, et la distinction entre les deux nécessite de prendre du recul sur les choses, ce qui n’est pas toujours facile.

Combien de posts Facebook ai-je vu passer vendant une théorie complotiste à 2 sous ? Combien de gens, des proches parfois, ont marché là dedans ? Pourquoi aujourd’hui est-ce aussi difficile de se renseigner à travers différentes sources crédibles ? (non, la page facebook des complotistes locaux n’est pas une source crédible si vous vous demandiez).

Je crois sérieusement que là on a un problème. Je ne dis pas que tout est rose, qu’il n’y a pas de profiteurs de guerre (si on rejoint Macron sur le fait que cette crise soit une « guerre »), dans toute crise il y a des profiteurs. Les lobbys sont présents à Bruxelles, à l’assemblée aussi sûrement, mais enfin, il faut faire la part des choses. Ce n’est pas parce qu’une info vraisemblable va dans le sens de notre idéologie, qu’il faut la vendre et la défendre éperdument et contre toutes chose.

J’avais envie d’écrire sur la Chloroquine, et puis c’est un sujet complexe sur lequel nous ne sommes pas tous d’accord à la rédaction, mais là où il faut être réaliste, c’est qu’elle n’a plus rien d’un remède miracle. Ce qui me choque avec l’histoire de la Chloroquine, ce n’est pas tellement si elle marche ou pas, c’est que des gens se soient retrouves à dire sans sourciller qu’il ne faut pas écouter la science (en tous cas pas celle qui va contre leurs propos apparemment). J’ai même lu une fois que c’était un domaine « instable », par contre, faire confiance à des remontées de terrains relayées par des sites clairement partisans, ça c’est stable et sérieux ? Les gens qui refusaient d’écouter la science et qui adulaient un charlatan aux cheveux blancs, ça existait déjà au moyen âge, avec les religieux convaincus que la terre était plate, et le temps leur a prouvé qu’ils étaient juste idiots. Alors redevenons sérieux l’espace d’un instant : qui ici pense que la chloroquine est efficace et que les études qui disent le contraire sont bidouillées pour nous vendre un traitement plus cher est VRAIMENT allé lire l’une des études de Raoult, ou l’une des études de l’un de ces laboratoires qui affirment le contraire ? Je parle pas de l’avis de machin ou de machine sur l’étude de truc, je parle de l’étude en elle-même, ou une version « vulgarisée » par un professionnel ? Moi je l’ai fait, dès qu’on a entendu parlé de Raoult, et je peux vous dire que ça m’a laissé sceptique vu le peu de professionnalisme qu’il y avait mit. On parle quand même d’une pandémie mondiale, pas du concours de science du lycée…

Bref, je sais que ce que j’écris ne plaira pas à tout le monde, et ce n’est pas le but, mais il va falloir quand même que l’on réfléchisse à où est-ce qu’on pose la barre du « assez sérieux pour être pris en compte » parce que crier au complot mondial c’est bien, mais le prouver, c’est mieux.

 

Une fois ce problème réglé, il va falloir que nous revoyons nos façons de manifester : coronavirus oblige. La méthode expérimentée à l’hôpital par son comité de soutien le mercredi 20 mai était intéressante (cf : le reportage que nous avons fait), mais je ne pense pas qu’elle soit suffisante, il faudra aller plus loin, innover dans l’art de revendiquer. Si Libres Commères est né, c’est ni plus ni moins que pour agir sur un autre plan de la lutte que celui de la manifestation et de la revendication. Libres Commères est un outil d’éducation populaire, et peut-être que cette façon de « lutter » sera celle qui prendra plus d’ampleur dans le futur, car elle ne nécessite pas forcément de réunir 500 personnes en 1 point, avec tous les problèmes sanitaires que cela entraîne. Et encore une fois, je ne peux que vous rappeler que nous sommes là pour faire vivre cette éducation populaire, donc nous avons besoin de vous ! Pour écrire, pour témoigner, nous parler, nous dire ce que vous voulez, pensez …

La manifestation, la revendication et l’éducation populaire n’étant pas du tout incompatible entre-elles évidemment.

 

Nous préparons en ce moment de nouveaux supports, de nouveaux projets au sein de la rédaction, qui me paressent tous géniaux. Énergivores mais géniaux ! Alors nous verrons comment le rythme de publication est impactée, mais nous n’abandonnerons sûrement pas le projet ! En tout cas pas moi.

 

Enfin, avant de vous laisser à vos pensées, je voulais vous remercier, vous qui nous lisez. Parce que même si on est pas toujours d’accord, c’est grâce à vous que l’on peut remettre sur la place publique un débat sain, intéressant, et qui met en avant les alternatives que se gardent bien de nous expliquer les médias dominants…

 

Alors de gros bisous et à bientôt.

Lucien.


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

Lucien Puget

J'ai toujours été intéressée par la politique et le fonctionnement de notre société. Au cœur des luttes sociales à mes heures perdues, j'aime me faire témoin des bribes de vie de vous autres les humains, et j'en tire mes doctrines de vie et quelques anecdotes amusantes...


Lycéen curieux

Retrouvez tous les articles de Lucien Puget