FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Une première version de cet article a été publiée dans la version papier de Mars 2020.

 

Quel imbécile, ce Benjamin Franklin ! C’est à lui qu’on attribue le fameux « time is Money ». Il aurait mieux fait de s’en tenir au paratonnerre et de garder ses avis pour ses copains francs-mac’. Le temps, c’est de l’argent pour celui qui passe le plus clair du sien à en engranger, pauvre benêt ! Le temps, c’est de l’argent pour celui qui en a déjà, ne pense qu’à ça et dont le pécule travaille pour lui. A condition toutefois de vivre dans un régime capitaliste et pas assis sur un tas d’or, en plein désert. Parce que le temps, ça n’a pas de prix, ça ne s’achète pas et ça ne se revend pas. On n’a qu’une vie et on ne va pas se la laisser pourrir par des cons qui veulent nous faire croire à tout prix qu’il n’y a pas une minute à perdre pour faire fortune. 

Dans le film Time Out, les riches volent du temps aux pauvres comme dans le monde de Macron et de Trump. Les capitalistes arrivent à faire trimer les pauvres bougres que nous sommes parce qu’on a bien besoin de bouffer, de dormir au chaud et de quelques petites autres choses, forfaits, cigarettes, bibine et diversions en tout genre que nous vend la publicité. Mais pourquoi marcherait-on à tous les coups dans la combine ? 

Chaque jour, à Libres Commères, on est une poignée à chercher des idées et à pondre des articles sans toucher un kopeck. Outre l’espoir d’emmerder un peu ceux qui nous gouvernent si mal, nous sommes rémunérés par le simple plaisir, et la fierté parce qu’on n’est pas tous modestes, d’être debout et ensemble, mais aussi par la certitude de contribuer à faire émerger tous les jours un peu plus un monde moins moche et une humanité plus radieuse. On n’a pas la solution à tous les maux de la Terre mais le temps qu’on consacre à essayer de trouver des formules pour faire vivre une parole libérée des contraintes du marché nous rend plus humain et plus riche.

Et les collectifs et les associations sont des centaines de milliers en France à créer gratuitement cette richesse. Ce temps-là ne se compte pas en euros, il se rémunère en dignité et en reconnaissance. Et ces petites victoires sur les banques et les profiteurs sont plus précieuses que ces malheureux euros dont on a tout de même besoin pour subsister. C’est donc le temps des capitalistes qui vaut des zéros sur des comptes numériques. Le temps des gens honnêtes et pas trop cons, c’est de la valeur ajoutée à la vie, une survaleur qu’aucun État ne saurait taxer car le vrai Bien est immatériel et gratuit. Il se partage et ne fond pas dans la crise. L’argent ruine des milliard d’existences. Le vrai Bien donne du sens à la vie, n’est-ce pas, Franklin ?.

 

Le « Dézingage des produits doxiques » déconstruit à la truelle les dictons et les expressions usuelles parce que se niche en eux la pensée dominante et bête.


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

Christophe Martin

Passionné de sciences humaines mais d'origine bretonne, je mets mes études en anthropologie et mon humour situationniste au service de mon action politique et sociale.


Formateur dans l'industrie et pigiste au Progrès

Retrouvez tous les articles de Christophe Martin