FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Je vous avertis tout de suite : cet article n'inspire pas l'optimisme.

« L'après se construit dès maintenant dans la consolidation de notre tissu industriel et nous ne saurions embrasser les défis de demain si nous laissons des entreprises, petites ou grandes, des constructeurs comme leurs sous-traitants, tomber dans cette période difficile.»

C'est la première fois, ou presque, que, dans l'histoire de Libres Commères, un article débute par un discours de Manu. Il a fait ce discours à l'usine de Valéo, une entreprise qui fabrique des alternateurs pour voitures, à Etaples le 26 mai 2020.

Serait-ce par un simple hasard que l'usine se situe à moins de 10 km de la villa Monéjan au Touquet, une charmante maison appartenant à Brigitte Macron ? Sans doute pas. Lors de son allocution, Manu-Jupiter déclare que 8 milliards d'euros vont être versés à la filière automobile dont 5 milliards à la seule entreprise Renault. Le 29 mai, soit trois jours plus tard, Renault annonce le licenciement de plus 4 500 salariés. Est-on autorisé à dire : quelle honte !

Retour vers le passé

Le samedi 14 Mars 2020 restera à jamais gravé dans notre mémoire. Edouard Philippe nous annonce qu'à partir de minuit, les restaurants, les cinémas et la Bobine devront fermer leurs portes. A propos des entreprises, il ajoute : « Nous devons impérativement limiter les déplacements, les réunions, les contacts. Cela s'applique dans les entreprises et les administrations qui doivent dès lundi et pour les prochaines semaines engager une action massive d'organisation du télétravail pour permettre au plus grand nombre de rester à domicile. » Un grand nombre de sociétés ont ainsi mis en place le « télétravail ». Et je ne suis pas loin de penser que ça va donner des idées à certains de continuer ainsi.

Le lundi 16 mars, Jupiter-Manu monopolise une seconde fois la télé en moins d'une semaine. Le couperet tombe. Il annonce le confinement total du pays pour le mardi 17 mars à partir de 12h00 et ce pendant 15 jours. Puis la mesure sera prolongée jusqu'au 11 mai.

Vision à court terme 

Renault et d'autres entreprises ont souhaité continuer de produire. Leur production ne s'est jamais arrêtée durant le confinement. Ils ont continué à produire sans avoir une vision à long terme. Ils ont continué à produire aux péril de la vie des salariés. Ils ont continué à produire pour livrer leurs produits à certains clients dits essentiels. Ils ont continué à produire pour livrer leurs produits à la Chine pour permettre aux Chinois de poursuivre leur propre production.

Je serai mauvaise langue de dire que toutes les entreprises ont réagi comme ça. Certaines boîtes ont souhaité terminer la semaine. Mais pour reprendre de plus belle dès avril, relançant ainsi la production à plein régime et bien sûr, en envoyant de cette manière les intérimaires et les salariés au front pour produire à tous prix et surtout au risque de choper la maladie. Le risque zéro n'existe pas à l’échelle du virus.

Le capitalisme pratique la politique de la peur sur les salariés et en particulier sur les intérimaires. Ces employés aux contrats précaires y sont allés de crainte d'être blacklistés et jamais rappelés

Vision à long terme

Les dirigeants ont souhaité continuer de produire avec une vision à court terme, voulant ainsi sortir par le haut. Une fois déconfinés, ils ont enfin une vision à long terme. C'est ainsi que des entrepreneurs de tous niveaux mettent en place le chômage partiel après avoir surproduit durant le confinement. Les intérimaires ont été renvoyés dans leurs foyers. Et bon nombre d'entre eux seront bons pour aller pointer à Pôle Emploi car le boulot ne court plus les rues.

Et les prochaines étapes, c'est quoi ? Restructurer? Fermer boutique ? Délocaliser ? Renault a sauté l'étape de l'activité partielle et a ainsi tenu à remercier 4 500 salariés pour bons et loyaux services. Avec la fermeture de l'usine de Choisy-le-Roi (spécialisée dans le recyclage des moteurs), 360 salariés vont rester sur le carreau. Que vont-ils devenir?

Nous avons vécus une crise sanitaire. Nous vivons une crise économique. Nous vivrons une crise sociale.

Je souhaiterais terminer par une citation tiré de La sociologie de Jean-François Dortier : « La bourgeoisie, poussée par la concurrence et la soif de profit, est conduite à exploiter de plus en plus les prolétaires. Condamnée à la paupérisation, au chômage endémique, la classe des prolétaires n’a comme seules issues que la révolte sporadique ou la révolution. Car, pour que la lutte de classes aboutisse à un changement de société, il faut que la révolte se transforme en révolution. »

Baron Vingtras

(NDLR : l'illustration est empruntée à Jacques Tardi pour "Le Cri du Peuple" de Jean Vautrin où apparait Jules Vallès alias Jacques Vingtras dans la trilogie "L'enfant", "Le Bâchelier", "L'insurgé". Ceci explique en partie cela.)


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

La Rédac'

Donner la parole à ceux qui ne l'ont pas, voilà une noble cause ! Les articles de la Rédac' donnent le plus souvent la parole à des gens que l'on croise, des amis, des personnalités locales, des gens qui n'ont pas l'habitude d'écrire, mais que l'on veut entendre...


Média associatif

Retrouvez tous les articles de La Rédac'