FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Un député LREM, Loïc Dombreval, a déposé courant juin un rapport au Ministère de la Transition Ecologique concernant le Bien-être animal. Ce rapport a permis l’élaboration de deux projets de loi.

Celui de Loïc Dombreval a été présenté mi-juillet et commence à faire parler de lui dans les médias. Le rapport, tenu secret, a malgré tout été dévoilé en grande partie par la Dépêche vétérinaire alors que le projet de loi signé par une centaine d’élu.e.s de la majorité, est, lui, public... Troublant non ?

Le projet de loi déposé par le député Dombreval propose plusieurs mesures afin de lutter contre les abandons, l’objectif prioritaire. Un questionnaire pour tout nouvel acquéreur d’animal domestique permettrait selon Loïc Dombreval de faire baisser le nombre d’abandons. La création de « maisons de retraite » pour animaux maltraités ou en fin de vie complète le tout. On peut citer aussi la fin de la vente d’animaux sur internet et l’abandon des salons/vente du chiot. Ces salons défrayent la chronique car les conditions de vie des animaux vendus sont souvent dénoncées notamment dans la presse régionale, par les associations de protection animale et par certaines Associations Canines Territoriales (fédérations régionales).

Autre exemple dans ce projet de loi : la proposition d’identification obligatoire des carnivores domestiques (chiens, chats, furets) ne date pas d’hier car ce système est déjà obligatoire depuis 1999, un petit retard à l’allumage…

La Société Centrale Canine (SCC), fondée en 1882, reconnue d’utilité publique, créatrice et gérante du Livre des Origines Françaises, rassemblant toutes les données généalogiques et génétiques pour la reproduction canine, a pourtant annoncé une série de mesures dans le sens du bien-être animal.

Y figuraient l’abolition de pratiques controversées en exposition canine, un âge limite pour faire reproduire une femelle (jusqu’à 9 ans), plusieurs propositions permettant aux femelles reproductrices d’avoir une fin de vie digne et supportable. Concernant le mordant sportif, la Société Centrale Canine a décidé, entre autres, de modifier certains obstacles réglementaires, de séparer les parcours en deux parties pour les concours, lorsque les températures devenaient trop élevées.

Malgré ces propositions, le tableau s’assombrit et reste à double visage : en effet, aucune proposition sur la chasse, l’expérimentation animale, les abattoirs ou encore la corrida, et ce malgré les terribles vidéos publiées régulièrement par les associations de protection animale comme L214 ou la Fondation-Brigitte-Bardot. L’examen comportemental à l’âge d’un an de tous les chiens achetés dans des élevages pourra permettre aux acquéreurs responsables de l’éducation de leurs animaux, de se retourner juridiquement contre le vendeur alors qu’il existe des clubs d’éducation ou des éducateurs professionnels. Pour terminer, la fin du mordant sportif, consistant à promouvoir la sélection des races canines par le courage et l’endurance, pourrait être imminente et cette activité réservée aux administrations et à la « sécurité privée ».... La suppression du mordant sportif a une incidence sur les chiens sélectionnés pour les administrations et met fin à plus d’un siècle de travail.

Il se trouve que les ombres au tableau peuvent parfois s’expliquer. Loïc Dombreval, le législateur, était vétérinaire dans les années 1990 puis lobbyiste pour le laboratoire Virbac puis pour de multiples sociétés, et cela jusqu’à son élection en tant que député. L’élu en question reste sur ses positions et pense que les chiens pratiquant le mordant deviennent « agressifs », et en même temps (c’est très macroniste ça !) M. Dombreval a déclaré il y a quelques jours sur RMC que « la dangerosité n'est pas liée à la race ». Mais comme toujours, les zones d’ombres ont une signification politique : il se trouve que le nouveau Garde des Sceaux, la nouvelle Secrétaire d’État à la Biodiversité mais aussi la Ministre de la Cohésion des territoires sont pro-chasse et pro-corrida. La preuve : ils se sont affichés médiatiquement ou physiquement dans certains de ces évènements.

Voici la condition animale sauce LREM… Des passe-droits pour certains et de rigoureuses interdictions pour d’autres. Loïc Dombreval souhaiterait que la loi soit votée d’ici la fin d’année même si tout dépendra du calendrier économique et sanitaire lié au Covid-19. La majorité va-t-elle prioriser la condition animale par rapport à d’autres réformes financières ? Nous le verrons bientôt.

Alexandre JOB


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

La Rédac'

Donner la parole à ceux qui ne l'ont pas, voilà une noble cause ! Les articles de la Rédac' donnent le plus souvent la parole à des gens que l'on croise, des amis, des personnalités locales, des gens qui n'ont pas l'habitude d'écrire, mais que l'on veut entendre...


Média associatif

Retrouvez tous les articles de La Rédac'