FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

J’observe une constante dans toutes les religions : elles s’attaquent toutes aux femmes et à leur liberté.

Je me suis demandé pourquoi et au hasard de mes lectures, dans « la Saison des narcisses » (Djura), j’ai rencontré une explication que je trouve plutôt plausible. Elle serait basée sur la peur. Pas uniquement la peur du mâle mais la peur des ravages de l’amour ainsi que du pouvoir d’enfantement contre la raison du dogme et la protection de l’ordre.

La femme, source de désir, de plaisir et de vie doit être encadrée sous peine de chaos et de débordements.

L’homme, souhaitant garder le contrôle, en appelle à Dieu pour restaurer son emprise sur le monde.

Quand on connaît le libertinage du Moyen Âge, quand on connaît la vie du prophète Mahomet, grand amateur de femmes, quand on connaît les poètes arabes qui célèbrent l’érotisme, quand on connaît la magie du Kamasutra... alors on réalise combien les tenants de l’obscurantisme religieux ont travaillé à circonscrire les femmes dans le rôle de la famille, de la mère ou de la pute mais toujours perçues comme un danger et une tentation.

Ils en auront réinterprété des textes sacrés, réécrit des lois divines pour réussir à jeter dans l’opprobre le charme, la séduction et les voluptés sexuelles !

C’est alors que mes yeux pleurent de voir revenir le temps des rigoristes qui nous "injonctionnent" de cacher ce sein que je ne saurais voir ou bien ces jolies cuisses adolescentes sortant du short sans parler des femmes entorchonnées de l’Islam rigoriste responsables de la séduction vicieuse du mâle aux abois.

Tentatrices et suppôts de satan, nous, les filles, devons veiller à ne pas bousculer l’ordre du monde rationnel et masculin et le protéger du chaos et de l’orgie par notre soumission, notre humilité et notre grand sens des responsabilités !

Un ordre du monde où le patriarcat est la première marche de l’oppression dans l’escalier des turpitudes du pouvoir des uns sur la vie des autres. Un monde décadent par sa voracité, son cynisme et sa cruauté. Un monde où tuer la joie et le bonheur, le sexe et la fête, est devenu un des moyens de nous asservir.

Que les poètes, les musiciens se lèvent, que les femmes se dévoilent et que tout le monde se batte pour un grand éclat de rire salvateur. Que ces « satanés » religieux et ces culs-serrés rentrent à la niche. Leurs interdits poussent aux vices et stimulent les pervers.

En ces temps troublés nous avons besoin d’air (sans parler du masque !).

Nom de dieu, on régresse. La moraline des peureux nous rattrape même à l’école laïque.

Les restrictions des libertés vont de pair avec les restrictions dans le frigo. C’est l’abstinence sur tous les tableaux. Et ces putains de calotins de tous bords sont à la manœuvre aussi sûrement que les banquiers.

VIVE LA VIE ET VIVE LA LIBERTÉ !

 

L’irrévérencieuse


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

L'irrévérencieuse

Rombière réfractaire et iconoclaste, sage comme un orage et qui puise ses forces dans la fraternité.


Militante

Retrouvez tous les articles de L'irrévérencieuse