FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Libres Commères ne recule devant aucun sacrifice. Au moins deux de ces contributeurs étaient derrière leur écran pour le conseil municipal, un au moins était dans la salle. Ambiance et analyse.

Ce soir, la Commanderie ne recevait point de vedettes mais le Conseil Municipal de Dole. Je n'ai pas pu tout regarder mais le peu que j'ai vu m'a fait réagir, c'est le but de ce petit billet d'humeur. 

Ce conseil, diffusé en direct sur Facebook, s'illustrait par une qualité de son médiocre. Certes nous ne sommes pas à la télévision mais les petits chuchotements derrière agacent et entendre les interventions n'était pas une mince affaire ! 

On a parlé budget notamment. Jean-Baptiste, Jean-Marie, Jean-Philippe et Jean-Fiscal ont largement rappelé la gestion parfaite des finances de la ville et de l'agglomération par leur majorité et ont bien entendu critiquer l'époque Wambst. Ils ne peuvent décidément pas s'en empêcher ! 

Ça fait six ans que la gauche n'est plus aux manœuvres mais la majorité enchaîne les grands travaux, parfois utiles ou parfois inutiles… La droite aime construire donc mais la majorité n'est pas constructive contrairement à l'opposition qui pose des questions, s'implique, propose. Franchement l'opposition s'est sacrément modernisée depuis quelques mois ! 

Bon, au bout de deux heures j'ai lâché prise. J'espère que vous me comprendrez. 

Alexandre Job

 

Eh bien, mon cher Alexandre, je rebondis sur votre petit billet d’humeur pour confirmer vos dires. Le son était dégueulasse (avec des coups sur le micro sans doute destinés à réveiller le public qui n’a jamais dépassé les 35 internautes), le cadrage était à faire peur et les mouvements d’objectif dignes des montagnes russes. Déjà que l’ambiance dans le hall de la Commanderie est glauque (il manque plus que les annonces SNCF) lors de ces sessions sans public, les voix feutrées par les masques et l’absence de mimiques ont fortement nui au jeu des acteurs de ces quelque trois heures de direct qui ne m’ont personnellement pas tenu en haleine au-delà des questions sur le budget. Après avoir vainement essayé de faire taire par un « Chut! » retentissant les cadreurs qui visiblement n’en n’avait pas grand chose à secouer, j’ai proposé de lancer « une procédure disciplinaire à l’encontre de l’ingénieur du son » sur le chat. A l’heure où tous les intermittents du spectacle sont à l’arrêt, l’équipe de la com’ n’a même pas été foutue de faire une captation digne de ce nom: mais où est Dollywood et son matos de professionnel ? C’est à croire que nos élus n’avaient pas vraiment envie qu’on suive l’intégralité du show. J’ai pas trouvé les dialogues transcendants mais comme je n’ai compris qu’un mot sur quatre, que j’ai pris la retransmission en cours de route et que je n’ai pas tenu plus d’un quart d’heure, je me demande si je ne suis pas un peu rapide dans mon jugement. Mais si on veut intéresser les Dolois à la vie de la cité, faudrait voir à améliorer la qualité technique. Espérons qu’on aura un replay en petits épisodes de 5 minutes pour nous tenir en haleine jusqu’au prochain conseil.

Christophe Martin

 

(NDLR: on en saura peut-être un peu plus sur la teneur du scénario dans les jours qui viennent)


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

La Rédac'

Donner la parole à ceux qui ne l'ont pas, voilà une noble cause ! Les articles de la Rédac' donnent le plus souvent la parole à des gens que l'on croise, des amis, des personnalités locales, des gens qui n'ont pas l'habitude d'écrire, mais que l'on veut entendre...


Média associatif

Retrouvez tous les articles de La Rédac'