FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Mets un billet dans le tronc à offrandes

Un peu de virus, un peu d'info, beaucoup d'intox, et un gros foutage de gueule : Hold-up, le film documentaire payant, financé en partie par des dons Ulule et Tipee moyennant un accès à une avant-première gratuite, a malencontreusement été partagé en masse, le rendant accessible gratuitement à tous avant sa sortie officielle. 

Comme ils avaient oublié (sic) de préciser aux bonnes âmes contributrices qu'il ne fallait pas partager l'avant-première qui leur était destinée, les voilà obligés de faire à nouveau la manche, avec une description des frais qui interroge. On attend les factures avec impatience. Et puis on vous fait comprendre que vous avez partagé en partant d'une bonne intention, mais bon, va falloir redonner pour réparer tout ça. 

Et voilà que le 12/11/2020, le film est de nouveau dispo gratuitement sur odysee mais cette fois publié par la boîte de production elle-même, c’est à n’y rien comprendre ou bien c’est un buzz savamment organisé après avoir hurlé à la censure. 

Dans une vidéo youtube du 09/11/2020 (https://www.youtube.com/watch?v=Fsl3RePNktg&t=72s&ab_channel=ThanaTV), Nicolas Reoutsky nous annonce que tout ce boulot leur coûte 300000 €.
Mais dans le même temps la campagne Ulule (site de financement participatif) du film en est à 180000€ récoltés au 13/11/2020 pour 20000€ demandés et qui couvrent toute la production (https://fr.ulule.com/hold-up-1/).
Dites donc entre 20000 et 300000 de coût de fabrication, y’a même plus un fossé mais un canyon ! Alors on nous dit que ce genre de film coûte en temps normal 120000€, mais là les équipes font du bénévolat. Merci les précaires pour votre implication dans cette mission de service public !

À ceci s’ajoute un compte Tipee (système permettant aux créateurs de contenu de recevoir un revenu régulier de la part de contributeurs) qui garantit à Tprod (la société de Pierre Barnerias) 121704€ mensuel à ce jour, mais qui semble ne couvrir que 60 % de leurs besoins pour la prod.

Alors on se demande où est la vérité dans tout cela, le budget prévisionnel ridiculement bas ou le budget revu à la hausse dans la vidéo de Reoutsky…

Et puis, des galères financières avec leurs productions, ils en avaient déjà connu, et toujours ils s'en sont sortis, alors y’a pas de raison ! C’est Barnerias qui en parle lors d’une interview en marge de la sortie d’un docu sur la puissance de la figure symbolique de la Vierge Marie :  

“Mon directeur de production, Nicolas Réoutsky, qui m’accompagne depuis plusieurs années, m’a plusieurs fois alerté. "Pierre, c’est fini. On arrête tout. On n’a plus un centime et le découvert se creuse." Et à chaque fois, on était sauvés in extremis par une personne mise sur notre route.” (https://www.podcastjournal.net/Rencontre-avec-Pierre-Barnerias_a19652.html)

Hé, la providence ! Merci de passer sur leur route une fois de plus, on s’arrangera pour le surplus.

Le casting francophone

La plupart des intervenants avaient nié la seconde vague dans des tribunes, dans des vidéos, dans des interviews. Le film serait donc déjà obsolète ? En l'occurrence, on y trouve tout de même des personnes un peu... particulières ? 

Autant d’intervenants à la moralité douteuse ou à la légitimité contestable sur le sujet qui nous occupe ici. Et pourtant ce que l’on souhaiterait, c’est que le sujet soit traité de manière sérieuse et dans un débat contradictoire. 

Alors, on les voit par avance les « gnagnagna, on s’attaque au messager pour ne pas écouter le message ». De un, il y a 37 intervenants dans le docu, et rien qu’en prenant les francophones on trouve un douzaine de personnes pour le moins problématiques. De deux, nous choisissons notre angle d’attaque comme bon nous semble. De trois, si tu as la patience de lire la suite, tu nous taxeras un peu moins de facilité.

Ils ont déjà quitté le navire

Gageons que ces revirements soient dûs à une prise de conscience de la mascarade et pas par peur de la mauvaise presse.

Maman, les épinards ils ont une sale gueule !

La première impression au visionnage de ce docu, c’est la proximité de sa mise en forme avec le pire de la télé poubelle. Musique par moment anxiogène puis douce, images chocs, gros graphiques, des documents brandis à bout de bras pour faire force de preuve mais pas reproduits sous une forme lisible, des gens qui parlent de leur ressenti plus que de faits avérés et voie off très affirmative.

Tiens c’est bien simple, on se croirait dans Enquête Exclusive, 66 minutes ou je ne sais quel reportage pour faire frissonner dans les chaumières à heure de grande écoute.

C’est quand même un peu paradoxal d’utiliser toutes les ficelles émotionnelles des médias mainstream tout en dénonçant la communication par la peur de ces derniers. 

Sur les points problématiques du point de vue du contenu, on commence à voir des analyses des éléments au minimum imprécis voire carrément mensongers  (https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-4-fake-news-majeures-presentes-dans-le-documentaire-complotiste-hold-up_149107?xtor=RSS-16 et aussi ici https://www.facebook.com/loic.steffan/posts/10221632402871394 sur la page de Loïc Steffan, enseignant en économie à l’Institut Universitaire Champollion d’Albi).

Rien que le premier point devrait mettre la puce à l’oreille de quiconque a saisi le cycle des contamination. La voix off nous dit : « Le virus a particulièrement sévi du 15 mars au 15 avril, période où nous étions tous confinés grâce à une mesure historique censée ne pas faire apparaître cette courbe ». Le confinement du début d’année a justement évité la surmortalité post-confinement et pas pendant le confinement où les décès étaient liés à des contaminations antérieures… 

Enfin merde quoi, les gens vous voulez pas crever le jour de votre contamination pour que je puisse dire que le confinement c’est à chier ? 

Le reste est à l’avenant : des constats souvent évidents, des analyses pas très pertinentes et des suggestions qui puent du cul comme lorsqu’un personnage masqué affirme sans sources aucunes qu’untel lui aurait dit de source sûre que le virus a été fabriqué.

Plus un petit passage sur les fantasmes autour du Great Reset, une remise à zéro cachée au petit peuple pour achever la prise de pouvoir totale des élites, alors qu’il n’ya rien de caché : tout est clairement annoncé sur le site du Forum Économique Mondial (https://www.weforum.org/great-reset/).

Et pour servir tout ça, une réalisation des entretiens proche du style de Thinkerview pour rassurer le spectateur sceptique via des codes qui lui sont familiers. Manque de bol, la méthodo sérieuse de Thinkerview n’est pas là :

  • Les entretiens ne sont pas montrés in-extenso

  • Les intervenants ne sont pas questionnés et leur propos pas remis dans le contexte

  • Les réalisateurs ne demandent pas à la communauté de faire une vérification des faits avancés (fact-checking en anglais)

Les ennemis de mes ennemis ne sont pas (forcément) mes amis

L'arme ultime pour dénoncer la mauvaise gestion de la crise par notre gouvernement se résumerait donc à idolâtrer et subventionner des charlatans activistes religieux fricotant avec l'extrême droite ? 

À quel moment, les militants anti-avortement et réacs sont devenus des alliés objectifs fréquentables pour mener le combat contre le monde de l’argent ? On n'est vraiment pas sortis des ronces avec des lanceurs d'alerte pareils.

Alors mettons deux ou trois choses au point :

  • OUI notre gouvernement est complètement à la ramasse.

  • OUI nos institutions sont gangrenées et permettent à des malfaisants de s’extraire de leurs responsabilités. 

  • OUI les atteintes aux libertés individuelles récentes sont intolérables (sans parler des précédentes qui ne l’étaient pas moins).

  • OUI les médias traditionnels et particulièrement les chaînes d’information en continu ne sont pas à la hauteur de leur rôle : informer (bon en même temps c’est pas leur but, le dieu audimat est tout puissant en ces lieux).

mais

  • NON tous les moyens ne sont pas bons pour faire monter la contestation, l’intérêt de notre classe n’est pas soluble dans les intérêts dans la droite catho traditionaliste par exemple.

  • NON mettre tous les journalistes dans le même sac, car le proprio du journal est un vendu ou aux mains du gouvernement, n’aidera en rien à faire progresser les idées de transformation citoyenne de notre pays. Les éditos sont bien souvent tenus par des idéologues libéraux, alors que les rédacs fourmillent de journalistes compétents et honnêtes produisant des enquêtes tout à fait qualitatives même (cf. Clearstream, les enquêtes de Premiere Ligne, etc.).

  • NON la contestation légitime ne sortira pas grandie à vouloir utiliser ce genre de contenus critiquables en tant que porte-étendard. Rediffuser ce truc ne fera pas de vous un lanceur d’alertes, mais permettra à la team progressiste libérale de faire un amalgame sordide entre contestation et sphère complotiste.

PS : Et comme nous ne sommes pas médecins, nous nous abstiendrons de faire des remarques sur l’efficacité de certaines mesures et les injonctions contradictoires qui y sont liées dans ces colonnes, nous préférons laisser ça aux experts auto-proclamés qui pullulent de nos jours.


Les mougeons avertis.

 


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

La Rédac'

Donner la parole à ceux qui ne l'ont pas, voilà une noble cause ! Les articles de la Rédac' donnent le plus souvent la parole à des gens que l'on croise, des amis, des personnalités locales, des gens qui n'ont pas l'habitude d'écrire, mais que l'on veut entendre...


Média associatif

Retrouvez tous les articles de La Rédac'