FACEBOOK TWITTER YOUTUBE




Mode sombre

Qu’il est loin le temps où un candidat gagnait l’élection présidentielle avec l’aide de petites phrases acides et piquantes. On ne peut être que nostalgique de ce temps révolu où la politique était un art noble : jusque dans les années 1990, nous avions à faire à une symphonie magistrale alors que maintenant on se retrouve à écouter la dernière chanson de Renaud. Bref, la politique a régressé pour qu’on la compare à la dernière chanson de notre Renaud national.

La politique, c’était mieux au temps des duels entre Giscard et Mitterrand ! Le premier round, gagné par Valéry en 1974 grâce au fameux « monopole du cœur » a plus de « gueule » que la « poudre de perlimpinpin » macroniste ! Sept ans plus tard, le second round oppose les deux mêmes protagonistes, mais le socialiste lance une magnifique réponse au président sortant du coup avec la réplique de l'homme du passéLa politique est un sport de combat… Giscard est K.O.

Même au Parti socialiste des années 1980, personne n’est meilleur que Mitterrand dans les débats. Le président présente plutôt bien à la télévision contrairement à Laurent Fabius, traité de « roquet » par Jacques Chirac… Ah Fafa beaucoup trop juvénile pour t’opposer à Chichi enfin ! Au bout de la cohabitation, en 1988, il y a le débat présidentiel. Chirac aurait pu s’imposer s’il le voulait, mais il faut dire que dès le début Mitterrand avait pris les devants avec le célèbre « mais vous avez tout à fait raison monsieur le premier-ministre » suivi d’un sourire carnassier.

En changeant de bord, on pouvait écouter le candidat centriste Raymond Barre qui ironisait : « bonne nuit les petits, faites de beaux rêves, tonton veille sur vous ! ». On se souvient tous des prises de parole de Georges Marchais, bien qu’elles aient plus de 40 ans…

C’était des vrais tacles, des vrais clashs avec de la consistance ! On ne parle pas de présidents méprisants des français, d’engueulades ridicules lors de soirées électorales (coucou Dany et Gilbert) ou encore de députés incultes (Zadig ET Voltaire, etc.) se comportant de manière immature et indigne de leurs fonctions. Heureusement, ils ne sont pas tous comme ça, mais l’attirance de certains médias pour tout ce qui fait le buzz amène certains politiques à essayer de faire parler d’eux à tout prix.

Le retour à la réalité est difficile après avoir fait un passage sur des vidéos politiques de l’INA et on soupire un coup !


Partage :




Reproduction interdite



À propos de l'auteur(e) :

Alexandre Job

Lycéen, passionné d'écriture, de politique et de médias. Lecteur militant et assidu


Lycéen

Retrouvez tous les articles de Alexandre Job